TV Un brin de culture

Les Meilleurs Episodes des Simpson de l’Âge d’or (1992-1996)

23 mai 2016
Top 10 Golden Age Simpsons Episodes (1992-1996)

(Je vous laisse découvrir un nouveau classement de Maxime Kah aujourd’hui ! Nathalie)

     Je tiens à préciser que la version française de cette liste est dédiée à toute l’équipe de la chaîne W9.

     Il faut se rendre à l’évidence : une petite liste de dix épisodes ne peut pas rendre justice à l’un des programmes télé les plus emblématiques de l’Histoire du médium. L’émission Les Simpson, parce qu’elle proposait un subtil mélange d’animation, de critique sociale, et d’humour incisif, est vite devenue l’un des dessins animés les plus regardés -et les plus appréciés- des années quatre-vingt-dix. Ceci étant dit, les critiques concernant la qualité en déclin de la série se font de moins en moins rares. Aujourd’hui, les Simpson en sont à leur vingt-huitième saison, ce qui est certes impressionnant, à condition que l’on évite de la comparer avec les premières.

     La famille jaune canari n’a pas surgi du cerveau de Matt Groening dans sa forme définitive. Personnellement, je considère que jusqu’à la troisième saison (1987-1992), les personnages étaient toujours en développement, et que l’humour n’avait pas encore atteint son apogée. Mon top 10 se concentre sur les saisons 4 à 7 (1992-1996), qui sont, pour moi, l’Âge d’or incontestable de la série. Ces épisodes, en plus d’être bourrés de gags plus hilarants les uns que les autres, reposent sur des schémas narratifs qui -de mon point de vue- définissent les Simpson. Ces thèmes seront fortement réutilisés par l’émission elle-même, ou ses héritiers. Je ne veux pas dire que les saisons post-Âge d’or sont forcément épouvantables : la qualité des Simpson a baissé ; très progressivement au fil des années, tout en produisant quelques hoquets géniaux (« Derrière les rires », « Soupçons », « Le Futur passé »). Malgré tout, j’ai le sentiment que la saison 8, qui adopte un ton résolument plus sombre (« L’Ennemi d’Homer », « Un Milhouse pour deux »), tranche avec l’esprit plus allègre des précédentes, et sonne la fin des années phares.

     Assez bavardé ! Voilà, de mon point de vue, les meilleurs épisodes des Simpson de l’Âge d’or.

     1. Grève à la centrale / Last Exit to Springfield

Simpsons Last Exit to Springfield

S4E17 : Pour que Lisa ait un bon appareil dentaire, Homer tente d’empêcher son patron, M. Burns, de supprimer la mutuelle dentaire des employés de la centrale nucléaire. Il devient président du syndicat et Burns le prend pour un génial négociateur. Un choix qui va de soi pour la première place ; cet épisode c’est, en gros, les Simpson à leur apogée absolue. Il fourmille de gags qui font rebondir l’intrigue de scène en scène, allant du drôle à l’hilarant. L’écriture est tellement vive, qu’on en oublierait presque l’animation : grâce à l’argent de Burns (plus un peu d’anesthésiant), l’épisode est un spectacle extravagant et magnifique. Je vous garantis qu’il vous restera en mémoire bien après la dernière image.

     2. Rosebud

Simpsons Rosebud

S5E4 : Hanté par sa jeunesse et son innocence perdues, M. Burns devient obsédé par son ours en peluche égaré, Bobo. Les épisodes centrés sur Burns sont souvent très bons, parce que son argent permet aux scénaristes de justifier les retournements les plus improbables. D’une certaine manière, cet épisode est assez similaire à « Grève à la centrale » : on y voit Burns, magnat inarrêtable, mais confronté à une situation inextricable. « Rosebud », c’est mieux que la parodie la plus brillante de Citizen Kane que vous verrez de votre vie, c’est surtout une exploration intensément émotive du personnage de Burns. Alors qu’il est prêt à tout pour obtenir satisfaction, on assiste à une avalanche jouissive de gags et de références culturelles. Si vous aimez le personnage de Burns (et les foules en colère), je vous suggère également le double épisode intitulé « Qui a tiré sur M. Burns ? ».

     3. Le Monorail / Marge vs. the Monorail

S4E12 : Abusée par un brillant escroc, la ville de Springfield décide de construire un monorail défectueux. Cet épisode est souvent cité comme un tournant décisif dans l’Histoire des Simpson. Ecrit par le célèbre présentateur Conan O’Brien, le scénario opte pour une approche plus insouciante de l’intrigue, ce qui permet au scénariste de caser plus de blagues au sein de l’épisode. Au lieu de platement développer une situation initiale, sans surprise, l’épisode zigzague de scène en scène, de gag en blague, rendant l’intrigue principale quasiment secondaire. D’une certaine manière, cet épisode annonce le début de l’Âge d’or, parce qu’il adopte cet aspect florissant que l’on trouve aussi dans « Grève à la centrale » et « Rosebud ».

     4. Lisa la Végétarienne / Lisa the Vegetarian

Simpsons Lisa the Vegetarian

S7E5 : Après une sortie en famille au zoo, Lisa est dégoûtée de la viande et décide de devenir végétarienne. A cause de son intelligence supérieure, mais également de sa jeunesse, les épisodes centrés autour de Lisa abordent des thèmes plus difficiles et nuancés: l’amour non-réciproque (« J’aime Lisa »), la misogynie (« Lisa s’en va-t-en guerre »), le deuil (« Salut l’artiste »). Pour moi, « Lisa la Végétarienne » est son meilleur épisode : ici, elle est plus que la simple protagoniste – elle semble être une narratrice silencieuse. En effet, c’est à travers ses yeux que l’on voit Homer et Bart se battre comme des loups pour une côtelette ; à travers ses yeux que l’on regarde l’hilarant film anti-végétarien « La Viande et Vous » ; à travers ses yeux, encore, l’indécent barbecue organisé par sa propre famille. Grâce à cela, cet épisode est très viscéral (haha), parfois même asphyxiant, et communique très bien ce qu’une personne intelligente ressent au milieu de la plèbe.

     5. Un poisson nommé Selma / A Fish Called Selma

S7E19 : Pour tenter de relancer sa carrière agonisante, la star Troy McClure épouse Selma Bouvier, la soeur de Marge. Il existe beaucoup d’épisodes à propos de la séduction et du mariage dans les Simpson : « Le Mariage de Lisa », « Un Milhouse pour deux », « Adieu Maude ». Pour moi, c’est celui-ci le meilleur. Pourquoi donc ? Parce que vingt minutes, c’est la durée idéale pour montrer à quel point la relation de Troy et Selma est artificielle. Il y a quelque chose de vraiment poignant dans la manière dont Selma réclame l’amour de Troy, mais rencontre un mur d’ambition cynique. En plus d’approfondir les deux personnages de manière très intelligente, l’épisode donne à entendre (et voir) l’une des meilleures chansons originales de la série, « Dr. Zaius ».

     6. Lac Terreur / Cape Feare

Simpsons Cape Feare

S6E5 : Petit rappel : Tahiti Bob était le faire-valoir de Krusty le Clown dans son émission de télé. Quand « Lac Terreur » commence, Bob a déjà été envoyé deux fois en prison, une fois pour vol à main armée (« Un clown à l’ombre »), et une autre fois pour tentative de meurtre (« La Veuve noire »). Les deux fois, sa culpabilité a été démontrée par Bart Simpson. Dans « Lac Terreur », Bob est mis en liberté conditionnelle, malgré son évidente soif de vengeance. Adoptant un ton proche des « Simpson Horror Show », l’épisode transforme les deux personnages en ennemis mortels. Selon Al Jean, les scénaristes se sont inspirés de la relation entre Bip Bip et Coyote, en faisant en sorte que Bob sous-estime à chaque fois l’intelligence de Bart, et échoue ainsi à le tuer. Dans cet épisode particulier, les Simpson tentent d’échapper à Bob en déménageant à « Lac Terreur ». Cet opus est assez similaire à un autre excellent épisode, lequel s’intitule « Un monde trop parfait ». Je recommande.

     7. Homer le Grand / Homer the Great

S6E12 : Homer se rend compte que ses collègues Lenny et Carl font partie d’une secte, « Les Tailleurs de pierre », secte que, bien sûr, il tente de rejoindre. Les Simpson ne sont pas étrangers à la religion, même si, à mon avis, ce n’est pas leur thème de prédilection. Les premières saisons étaient un peu bigotes, puis le sujet a été, peu à peu, relégué au second plan. Le Révérend Lovejoy, par exemple, a d’abord été un pasteur assez investi (« Homer l’Hérétique »), puis s’est transformé en personnage complètement blasé (« Les Secrets d’un mariage réussi »), laissant la bigoterie à Flanders. « Homer le Grand » ne parle pas de l’Eglise, mais d’une secte. Cela permet aux scénaristes de se lâcher, et de produire un épisode aussi drôle qu’intelligent.

     8. Le Jour de la Raclée / Whacking Day

Simpsons Whacking day

S4E20 : Springfield se prépare pour le Jour de la Raclée annuelle, une fête traditionnelle où les habitants conduisent tous les serpents dans le centre-ville pour les tabasser à mort. Un épisode particulier où la sous-intrigue marche mieux que l’intrigue principale. Dans cet épisode, Bart se fait renvoyer, et c’est Marge qui prend son éducation en charge. En plus d’être une critique subtile du système scolaire américain, cette intrigue est franchement mignonne, et très drôle. En outre, j’ai inclus cet épisode parce que je trouve qu’il contient beaucoup d’ingrédients constitutifs de l’esprit des Simpson : on a la relation désopilante entre le principal Skinner et l’inspecteur Chalmers, Bart et Lisa qui s’allient pour dénoncer une tradition idiote, l’amour de Lisa pour les animaux sans défense, l’intelligence de Bart stimulée dans un environnement qui n’est pas l’école, etc.

     9. Monsieur Chasse-Neige / Mr. Plow

S4E9 : Après avoir détruit les deux voitures familiales, Homer achète un chasse-neige, et commence à déblayer les routes de Springfield. Il devient ainsi « Monsieur Chasse-Neige », mais doit vite faire face à la concurrence de son ami, Barney Gumble. Le plus vieil épisode de cette liste, qui reste, malgré tout, le meilleur épisode à propos de Barney (c’est mon avis). Même si des épisodes comme « Homer dans l’espace », ou « Burns fait son cinéma » sont excellents, « Monsieur Chasse-Neige » montre Barney sous une lumière très passive-agressive. Racontant comment il a été détourné du succès par la bière, l’épisode le voit prendre sa revanche sur la vie (et Homer), et méchamment avec ça ! Un éternel classique.

  10. Itchy & Scratchy Land

S6E4 : Encore un petit rappel : Itchy & Scratchy est le dessin animé le plus célèbre et le plus violent du monde des Simpson. Son concept : un chat (Scratchy) qui se fait torturer ad nauseam par une souris sadique (Itchy). Il existe évidemment des épisodes des Simpson centrés autour de cette émission, comme « Itchy & Scratchy, le Film », « Le Jour où la violence s’est éteinte », « Itchy, Scratchy, & Poochie ». Ces épisodes offrent souvent des commentaires humoristiques sur l’industrie du dessin animé, et son histoire. Par exemple, les scénaristes adorent parodier des classiques du cinéma d’animation, puisant souvent dans le patrimoine de Walt Disney Studios : Steamboat Willie devient Steamboat Itchy, Fantasia devient Scratchtasia, etc. Dans « Itchy & Scratchy Land », les Simpson partent en vacances dans « l’endroit le plus violent du monde », qui est, en gros, une parodie hilarante de Disneyland. L’épisode s’en prend à l’histoire de Disney, mais aussi aux parcs d’attraction en général.

C’était ma sélection des 10 meilleurs épisodes des Simpson de l’Âge d’or. Êtes-vous d’accord avec ma liste ? N’hésitez pas à commenter ci-dessous !

Vous aimerez peut-être

3 Commentaires

  • Répondre Bob 11 septembre 2016 at 17 h 16 min

    Ahahah)) I like Simpsons :)

  • Répondre Greg 30 juin 2016 at 21 h 18 min

    Hehe I agree with every one of these! I would add an 11th though – the episode where Homer works for Hank Scorpio. What a classic.

    • Répondre Maxime 6 août 2016 at 9 h 55 min

      Yes, this episode is called ‘You Only Move Twice’, and I really considered its inclusion. I’ve put ‘Cape Feare’ instead, because the Simpsons move out of Springfield in that one too. But ‘You Only Move Twice’ is definitely hilarious.

    Laisser une réponse